http://www.jewanda-magazine.com/wp-content/uploads/2011/04/afrique-telephonie-mobile-revolution.jpg

Téléphonie mobile : le nombre d’abonnés africains en hausse de 70 % depuis 2010

Tags:

Publié par & dans la catégorie TIC.

Source: Jeune Afrique

01 août 2016 // Par Jeune Afrique

Le marché africain, deuxième au monde en termes d’usagers, est le moins bien couvert avec moins de la moitié de la population abonnée à un service mobile. Extension des réseaux en zones rurales, coûts d’accès au service, développement d’offres adaptées aux enjeux locaux figurent parmi les freins signalés par le groupement mondial des opérateurs, GSMA, dans un rapport présenté en Tanzanie fin juillet.

Environ 46 % des 1,17 milliard d’Africains avaient souscrit à des offres de téléphonie mobile à la fin de l’année 2015, soit 557 millions d’abonnés uniques, selon des chiffres présentés par le réseau mondial des opérateurs de téléphonie mobile, GSMA, à Dar-es-Salam du 26 au 28 juillet.

Ce qui constitue un bond de +70,34 % par rapport aux 327 millions d’abonnés uniques de 2010 (31 % des 1,04 milliard d’Africains) alors recensés par le même groupement professionnel. Un chiffre qui va croître encore, pour atteindre 725 millions d’abonnés uniques à échéance 2020, et ce principalement au Nigeria, en Éthiopie, en Égypte, au Kenya, en Tanzanie, en République démocratique du Congo (RDC) et en Algérie.

En nombre de cartes de SIM en circulation, les comptes du marché africain mobile sont encore plus élevés. Les usagers africains, qui possèdent souvent plusieurs cartes, cumulaient 965 millions de SIM à la fin 2015. Ce nombre atteindra 1,3 milliard fin 2020.

L’essor du haut débit

Si les offres 2G continuent de se tailler la part du lion, GSMA table sur une forte croissance des connexions en haut débit mobile, jusqu’à 60 % des offres totales en circulation en 2020 contre un quart en 2015. Au crédit de cette projection, GSMA met en avant les réseaux mobiles 4G dont le couverture a grimpé en flèche. La moitié des 74 réseaux 4G en activité sur le continent ont été lancés depuis moins de deux ans.

Lire la suite sur Jeune Afrique