communication

Presse malienne cherche désespérément financements

Tags:

Publié par & dans la catégorie Médias.

Source: Journal du Mali

Au Mali, les organes de presse sont confrontés à de nombreuses difficultés. Ce qui oblige les patrons de presse à demander plus à l’État, ou à inventer des modèles leur permettant de se développer.

Depuis 20 ans, le gouvernement alloue annuellement 200 millions de francs CFA d’aide à la presse. Cette subvention, l’une des plus basses de la sous-région, n’a pas augmenté depuis des années, alors que le nombre de journaux a explosé, atteignant plusieurs dizaines. « Cette aide ne figure même pas dans le budget de l’État et provient d’un fonds souverain de la présidence. Ce qui est déplorable, c’est le manque de critères d’attribution. Il faut juste exister pour prétendre à cette aide», explique Alexis Kalambry, directeur de publication du journal Les Échos et vice-président de la Maison de la presse.

Le secteur reste gangréné par les parutions éphémères, des journaux dit « clé USB », sans structure, ni personnel, qui peuvent obtenir les mêmes montants qu’une entreprise qui à pignon sur rue. Trente-cinq millions seulement ont été affectés par le gouvernement aux journaux en 2015. « En même temps, l’administration est abonnée d’office aux principaux quotidiens nationaux comme l’Essor, quotidien public, L’Indépendant ou le Républicain, ce qui est une subvention déguisée », observe un patron de la presse en ligne. Selon Kalambry, la portion de l’aide qu’a reçu son journal « ne couvre même pas une semaine d’exploitation du quotidien ».

Vendu à 300 francs CFA, avec un coût de fabrication de 250 francs, les 50 francs de marge dégagés se partagent avec le revendeur, qui reçoit 30%. Compte tenu des faibles volumes vendus, liés à une culture de la lecture inexistante, la presse est obligée de se tourner vers d’autres bailleurs.

La pub comme remède

Lire la suite sur le Journal du Mali