Clés pour la communication en Afrique de l'Ouest // Séverine LAURENT

Désormais leader africain, JCDecaux défend son modèle

Tags:

Publié par & dans la catégorie Communication.

Source:

Partout dans le monde, le numéro un mondial de la communication extérieure mise sur les appels d’offres. Mais, sur le continent, le marché est encore trop peu structuré.

À Abidjan, l’arrivée annoncée du groupe JCDecaux, numéro un mondial de la publicité extérieure (affichage, mobilier urbain, transports), suscite de grandes inquiétudes parmi les régies locales. Ces derniers mois, Jean-Sébastien Decaux, le fils cadet du fondateur, ainsi que Kamil Senhaji, directeur du développement en Afrique, ont intensifié leur lobbying auprès des élus de la capitale économique ivoirienne.

À tel point que Mahama Coulibaly, patron de Mediaways et président de la Chambre des afficheurs de Côte d’Ivoire (Cafci), craint que les autorités ne cèdent aux appels du groupe français en organisant un appel d’offres qui vienne interrompre le processus de réorganisation du secteur, en cours depuis 2013. « Environ 1 500 panneaux qui ne respectaient pas la réglementation ont été retirés, 1 500 autres doivent encore l’être pour répondre aux engagements pris avec le ministère de la Communication, explique-t-il. Il restera 3 000 panneaux sur Abidjan pour une quinzaine de régies, contre une quarantaine auparavant. Cette refonte implique d’importants investissements. À Mediaways, nous allons mobiliser environ 600 millions de F CFA [915 000 euros] – plus d’une année de chiffre d’affaires – pour renouveler nos panneaux 4×3, alors que leur nombre va passer de 200 à 80. On ne peut pas imaginer que JCDecaux décroche, grâce à sa puissance financière, des concessions qui excluent les PME locales. S’il veut s’implanter, il n’a qu’à attendre la fin de la réorganisation et acheter un des acteurs du marché. Avec le soutien des autorités, tout peut être fini en six mois. »

Lire la suite sur Jeune Afrique

À lire aussi

Le magazine Réussite décrypte la pub africaine