Télévision Afrique Communication

Ce sketch de Canal + qui n’amuse pas du tout les Rwandais

Tags:

Publié par & dans la catégorie Médias.

Source: Le Monde

LE MONDE

A la veille de la 20e commémoration du génocide rwandais, au cours duquel ont été massacrées un million de personnes pour le simple fait d’être nées tutsis, Canal + a diffusé, le 20 décembre 2013, un sketch intitulé « Rendez-vous en parenthèse inconnue » dont le génocide apparaissait en toile de fond.

Un des personnages, relatant ses démarches pour adopter un enfant rwandais, regrettait que la famille de ce dernier ait été retrouvée, l’obligeant ainsi à « en choisir un autre » et à demander « à voir la carte du village rasé, pour être sûr que tout le monde y était resté ». Le comédien est même allé jusqu’à s’écrier : « On te dit génocide, génocide… Moi je trouve qu’il y en a encore un paquet en pleine forme ! »

Un autre personnage interprétait une chanson présentée comme étant de tradition rwandaise. Elle s’inspirait de la comptine Fais Dodo Colas mon petit frère, mais les paroles étaient : « Dors mon enfant car les autres sont morts. Maman est en haut, coupée en morceaux… Papa est en bas, il lui manque les bras », faisant ainsi une référence explicite au corps des victimes décédées et aux survivants mutilés.

Alors que le monde entier s’apprêtait à rendre hommage aux victimes, Canal + a donc trouvé une façon infamante de commémorer le génocide commis contre les Tutsis en diffusant ce sketch qui tourne en dérision les crimes perpétrés et les souffrances vécues par les victimes. La chaîne a incité le spectateur à en rire et à porter un jugement de valeur favorable sur ces crimes, effaçant la réprobation morale qui, de par la loi, s’attache à ces mêmes crimes.

Ce sketch a fait l’objet d’une mise en demeure du Conseil supérieur de l’audiovisuel qui a considéré que « certains propos portaient atteinte à la dignité de la personne humaine, en dépit du genre humoristique auquel elle entendait être rattachée, et étaient en eux-mêmes et quel que soit leur contexte, attentatoires aux personnes frappées par un génocide. » Malgré l’indignation et l’interpellation de plus de 20 000 citoyens et de nombreuses organisations, Canal + – qui a regretté « la différence d’appréciation dans le domaine de l’humour » mais ne s’est pas excusé – a rediffusé ce sketch les 31 décembre 2013 et le 1er janvier 2014.

Lire la suite sur Le Monde