Afrique Media

Au Cameroun, le ministre de la Communication approuve les sanctions du Cnc contre Afrique Media

Tags:

Publié par & dans la catégorie Médias.

Source: Agence Ecofin

(Agence Ecofin) – Au Cameroun, le ministre de la Communication s’est mêlé à la querelle qui oppose la chaîne de télévision Afrique Media et le Conseil national de la communication (Cnc). Au cours d’une conférence de presse, Issa Tchiroma Bakary s’est prononcé sur la suspension d’un mois prononcée contre la chaîne depuis le 4 juin 2015 par l’organe de régulation.

Le ministre de la Communication a approuvé les sanctions du régulateur. « Le Cnc n’a jamais violé ses prérogatives. Je comprends bien que les journalistes, par réflexe corporatiste, aient tendance à soutenir des confrères. Mais sachez que le Cnc est dans son droit. Afrique Media n’a pas le droit de s’attaquer à un Etat, à la vie privée des individus. Ce n’est pas pour cette raison qu’on a donné une autorisation provisoire à Afrique Media », a dit Issa Tchiroma Bakary.

Le ministre est revenu sur la responsabilité du gouvernement vis-à-vis du contenu des médias : « Le gouvernement ne peut pas accepter qu’un organe de presse épingle une autre nation ou se mette à déverser des énormités sur ses citoyens ou sur les dirigeants de la France, des Etats-Unis, etc. Dans le cahier des charges d’Afrique Media, nulle part il ne lui est donné le droit de s’en prendre à un autre Etat et à ses dirigeants. Nulle part, il ne leur est donné le droit de s’attaquer aux individus, à la vie privée des individus. »

Ce qui vaut pour Afrique Media l’est également pour les autres supports de communication, a indiqué le ministre. « Ce que je dis est valable pour les autres médias. Vous n’avez pas le droit de vous attaquer à des Etats ou à la vie privée des individus. Et si d’aventure vous le faisiez, eh bien, la foudre du Cnc s’abattra sur vous », a-t-il prévenu.

Pourtant, si le ministre soutient le Cnc, il n’a rien dit sur l’attitude de défi des responsables d’Afrique Media vis-à-vis de l’organe de régulation. En effet, la chaîne continue d’émettre et ignore la sanction qui lui a été notifiée. Elle a plutôt engagé une procédure judiciaire. Un recours gracieux a été adressé au Cnc, préalable à la saisine du tribunal administratif contre les sanctions.

Assongmo Necdem