Thierry Perret

Le secteur des médias est-il en train de bouger au Mali ?

Tags:

Publié par & dans la catégorie Médias.

Source: Thierry Perret - Blog

Après des années d’immobilité, des indices montrent que la situation pourrait évoluer. Projet d’école de journalisme, lancement de la nouvelle instance de régulation et émergence de la télévision privée, nouveaux projets éditoriaux (voir ci-dessous)… le paysage devrait aussi bénéficier du regain d’activités de la Maison de la presse, notamment en matière de formation continue, et d’une stimulation venue des nouvelles radios à statut international : studio Tamani, Radio des Nations Unies, bientôt RFI en bambara.

Si c’est le cas, ce serait une bonne nouvelle pour la démocratie. Le pays est loin encore d’être doté d’un tissu de médias professionnels et économiquement viables (donc plus indépendants), qui soient en capacité d’exercer un contre-pouvoir citoyen. Mais tel est bien l’horizon, et l’enjeu est considérable. Dans la configuration actuelle du Mali, les forces politiques doivent être poussées à se remettre en question, les institutions ont besoin d’être radiographiées, les initiatives de la société civile sont en manque de relais d’information. La population, elle, attend que les médias lui parlent de sa vie quotidienne et de ses difficultés, qu’ils enquêtent sur les services sociaux et le sort fait aux consommateurs, qu’ils soient des lieux de débat sur la sécurité, la justice, l’économie, l’éducation…

Ceci sans oublier le sujet du jour : la réconciliation entre les Maliens. En la matière, la sensibilisation est aussi importante que des actions institutionnelles. Et un nouveau défi, connexe à celui-ci, attend l’appareil politique malien, c’est la décentralisation. La trop faible structuration des médias de proximité, en l’occurrence les radios, ou encore l’absence de réseaux formés de correspondants de presse dans les régions, ne sont pas favorable à l’approfondissement démocratique souhaité. La vie politique locale a besoin d’être observée, documentée, avant de pouvoir être contrôlée par un Etat qui manque pour cela de mécanismes, et de personnels formés. Si le Mali ne se dote pas de ces signaux d’alerte que peuvent être des médias fonctionnels, le chantier décentralisation risque de n’être qu’une démultiplication des mauvaises pratiques.

Lire la suite sur le Blog de Thierry Perret