femme colère

Les médias déplorent le manque de soutien des institutions africaines

Tags:

Publié par & dans la catégorie Médias.

Source: Ouestaf

Le manque de soutien des institutions africaines et le peu de couverture de l’actualité sur le développement figurent parmi les conclusions clés des études menées sur les médias en Afrique.

Les dirigeants demandent plus de soutien de l’Afrique pour le développement des médias dans le continent.

“Les grandes institutions africaines ne font pas grand-chose pour aider les médias en Afrique”. Ceci est l’une des conclusions d’un rapport préliminaire publié lors du récent Forum consultatif sur les stratégies des médias organisé à Nairobi, au Kenya, par l’Initiative des médias africains (AMI). Selon ce rapport, les gouvernements occidentaux et les Fondations internationales sont les principaux bailleurs de fonds des médias africains pendant que les institutions africaines de développement se tiennent à l’écart. Il met également en exergue les écarts entre ce que font les organisations de soutien des médias et les besoins articulés par les propriétaires de ceux-ci.
“C’était intéressant de remarquer que les organisations de soutien des médias sur lesquelles nous nous sommes penchés, particulièrement celles qui travaillent au niveau régional et mondial, concentrent leurs efforts sur la liberté de presse et la protection de journalistes. Ce travail est absolument nécessaire pour créer un environnement médiatique sain et favorable”, a dit Maimouna Jallow, l’auteur du rapport. “Cependant, très souvent, les propriétaires de maisons de presse nous disent que ce dont ils ont besoin c’est une bonne infrastructure, des directeurs mieux formés qui dirigent leurs entreprises de manière financièrement pérenne. Les organisations médiatiques doivent commencer à s’interroger de plus en plus sur ces questions”.

Le rapport préliminaire intitulé “Développement des synergies et partenariats forts pour l’Afrique” est basé sur une enquête faite sur une trentaine d’organisations médiatiques internationales, régionales et nationales, ainsi que sur des propriétaires de maisons de presse du continent. Compte tenu de la réaction positive de plus de 100 participants au forum qui ont parlé du manque de la recherche et des données sur les tendances des médias à travers toute l’Afrique, l’AMI s’est engagée à entreprendre une étude plus approfondie qui puisse aider les organisations médiatiques, les propriétaires, les rédacteurs, les journalistes et les bailleurs de fonds, à mieux comprendre l’environnement dans lequel ils travaillent.

Lire la suite sur Ouestaf