tic

Audiovisuel congolais : des privées très cathodiques

Tags:

Publié par & dans la catégorie Médias.

Source: Jeune Afrique

Politique, divertissement, questions de société… Les nouvelles chaînes séduisent leur public en affichant leur spécificité. Cela suffira-t-il face à la concurrence publique et internationale ?

Une quarantaine de chaînes de télévision privées animent le paysage audiovisuel congolais, libéralisé depuis 2001. Parmi elles, quelques généralistes ambitionnant de couvrir l’ensemble du territoire, et de nombreuses chaînes locales ou associatives.

Mais seule Télé Congo, la télévision publique, est captée dans tout le pays (ou presque). Les autres, pour la plupart installées à Brazzaville, ne disposent pas d’émetteurs assez puissants, certains ne dépassant même pas leur arrondissement. Jusqu’à présent, seule Digital Radio Télévision (DRTV), la doyenne des chaînes privées, est transmise par satellite, via Eutelsat - un privilège jusque-là réservé à Télé Congo.

Droit d’aînesse oblige, DRTV, créée en 2002 par le général Norbert Dabira, reste la plus regardée par les Brazzavillois après Télé Congo. Sur les plans technique et financier comme en matière de contenu, DRTV a fait ses preuves. Devenue une grande entreprise, elle emploie une centaine de personnes (dont 95 % perçoivent leur salaire sur des comptes bancaires) et cotise à la Sécurité sociale.

« Très peu de gens comprennent le monde télévisuel et beaucoup s’imaginent qu’il est facile à dompter. En réalité, il est complexe à gérer en matière de budget, de contenu, de production interne, de cahier des charges, de partenariat… », souligne Paul Soni-Benga, directeur général de la chaîne depuis 2008.