femme colère

Surfer sur l’appétit technologique des jeunes Africains

Tags:

Publié par & dans la catégorie TIC.

Source: Afrique Inside

Pour des millions de jeunes Africains sans emploi mais férus de technologie, la révolution numérique présente d’énormes possibilités. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) permettent à de jeunes entrepreneurs de se créer un meilleur avenir et aux entrepreneurs de faire du business.

Comme quelques autres cafés Internet de fortune créés depuis la fuite des milices islamistes Al-Shabaab, les frères Yare ont vu leur clientèle augmenter ces derniers mois.

« Je voulais avoir ma propre activité », déclare Hassan. « L’informatique et les technologies de l’information, je connais. J’ai des compétences. » Compte tenu du chômage très élevé, tout travail est une aubaine. Les frais de fonctionnement du café s’élèvent à 600 dollars par mois et les quelque 40 clients quotidiens, étudiants pour la plupart, rapportent autour de 1 000 dollars mensuels.

Même si le taux de pénétration d’Internet en Somalie dépasse à peine 1 % de la population, chiffre comparable à celui de l’Afghanistan, la demande à Mogadiscio est en forte augmentation, grâce, comme dans le reste de l’Afrique, à la soif de technologie des jeunes.

De meilleures opportunités

Pour des millions de jeunes Africains sans emploi mais férus de technologie, la révolution numérique de l’Afrique présente d’énormes possibilités. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) permettent à de jeunes entrepreneurs de se créer un meilleur avenir.

« Les TIC offrent de formidables opportunités » à la jeunesse africaine, affirme Ahmed Alfi, directeur général de Sawari Ventures, une société égyptienne de capital-risque axée sur les nouvelles technologies. « Le développement de logiciels est le seul secteur où un investissement de mille dollars peut rapporter un million. »

Et même si un café Internet ne rapporte pas un million de dollars, ce qui s’y crée peut être très lucratif. Ces cinq dernières années, l’installation de câbles en fibre optique et d’infrastructure a permis un degré de connexion sans précédent du continent africain. Les coûts d’accès à Internet ont baissé et de nouveaux marchés se sont ouverts pour les contenus, logiciels, applications pour mobiles et réseaux sociaux. De la Somalie au Ghana, de Dar es-Salaam à Dakar, en passant par le Cap et le Caire, la jeunesse africaine se sert des TIC pour stimuler la croissance, créer des entreprises et se forger un avenir.

L’essor du marché du mobile

L’Afrique compte six des dix économies à la croissance la plus rapide du monde. Elle constitue le deuxième marché au monde pour la téléphonie mobile – les « téléphones intelligents » s’y vendent quatre fois plus que les ordinateurs. Selon le blog ICTworks, entre août 2011 et février 2012 le nombre d’utilisateurs de Facebook en Afrique a progressé de 165 %.

Lire la suite