MTN-logo

Comment l’Etat s’est offert le WACS au Cameroun

Tags:

Publié par & dans la catégorie TIC.

Source: Cameroon Info

Infrastructure stratégique construite et équipée par MTN, le point d’atterrissement de Limbé va accélérer la démocratisation de l’Internet et le développement des télécommunications au Cameroun.

C’est l’épilogue de l’affaire du câble sous-marin à fibre optique Wacs, objet de divergences entre l’Etat du Cameroun et l’opérateur de téléphonie mobile Mtn depuis l’année 2009. Finalement, Mtn a accepté de céder à l’Etat la gestion du point d’atterrissement du Wacs (West africa cable system) qu’il avait aménagé à Limbé afin de connecter le Cameroun à l’Internet haut débit. L’accord de cession conclu au terme de 25 mois de négociations a été paraphé jeudi 24 juillet 2014 à Yaoundé par Karl Toriola, le directeur général de Mtn-Cameroon et Jean-Pierre Biyiti Bi Essam, le ministre des Postes et télécommunications. L’Etat va payer 2,11 milliards Fcfa en guise de remboursement des investissements réalisés par Mtn pour construire et équiper la station Wacs de Limbé. Il va aussi débourser 25 millions de dollars, soit environ 12 milliards Fcfa, pour payer son entrée au Consortium Wacs réunissant les propriétaires de ce câble sous-marin.

Un investissement sud-africain gros-violet-devant

Long de 14.530 km, le câble sous-marin à fibre optique Wacs relie Yzerfontein en Afrique du Sud, à Londres au Royaume-Uni. Il représente un investissement de 650 millions de dollars, soit près de 312 milliards Fcfa supporté par les membres du consortium Wacs qui sont pour l’essentiel l’Etat sud-africain et de grandes entreprises d’Afrique du Sud. Ce câble sous-marin avait été construit initialement pour fournir la connexion Internet haut débit aux Universités sud-africaines. Désormais aussi, il connecte à la fibre optique, 10 pays le long de la côte atlantique de l’Afrique. Le Cameroun est un de ces pays connectés, à la demande du Groupe MTN.

Le point d’atterrissement du Wacs à Limbé sera ainsi le deuxième point de connexion du Cameroun à la fibre optique, après le câble sous-marin Sat3 (South atlantic3) auquel le pays est arrimé depuis 2002. Seulement, le Sat3 exploité par Camtel, comporte des limites certaines qui n’ont pas permis un véritable développement de l’Internet au Cameroun, jusqu’ici. Camtel avait sollicité une capacité de 10 Gigabits par seconde(Gbps). La capacité a été portée à 20Gbps en 2009 pour prévenir des risques de saturation. Ces 20Gbps ne suffisent pas vraiment à fournir une connexion fluide à tous ceux, particuliers et entreprises, qui en ont besoin. Surtout que la demande est sans cesse croissante.

Lire la suite