Flickr/IICD

TIC et agriculture en Afrique de l’Est, une alliance efficace

Tags:

Publié par & dans la catégorie Communication.

Source: Journal du Cameroun

 

Dan Rugabira, Coordonateur sous régional pour l’Afrique centrale de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO)

L’Afrique s’est dotée en 2001, d’une stratégie pour le développement de son secteur agricole dénommée Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture Africaine (PDDAA).Ce programme avait été assigné d’objectifs très ambitieux, notamment une croissance annuelle moyenne de 6% et l’atteinte pour l’année 2015 de la vision suivante:
1. Des marchés agricoles dynamiques dans les pays africains et entre les régions africaines ;
2. L’agriculteur africain devient un acteur important dans l’économie de marché et un exportateur net des produits agricoles ;
3. L’agriculture africaine devient créatrice des richesses pour les populations rurales ;
4. La science et la technologie comme atout stratégique pour répondre aux besoins du secteur agricole ;
5. Une agriculture respectueuse de l’environnement et de la gestion durable de l’environnement, prenant en compte les nouvelles connaissances en information et technologies.
Fin 2013, nous constatons avec amertume que l’Afrique est loin d’atteindre ces objectifs, en dépit des efforts notoires à souligner dans quelques pays.
Les objectifs 4 et 5 ci-haut évoquent l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Aujourd’hui une grande proportion de la population de l’Afrique subsaharienne, souffre des problèmes de faim et de malnutrition. L’Afrique Centrale, malgré ses nombreuses ressources en terres fertiles, en ressources halieutiques et minérales n’est pas en reste. Selon les données récentes sur la malnutrition infantile dans la région, les taux de malnutrition aigüe et chronique sont très alarmants. De 20% au Gabon, 29% en Guinée Equatoriale, de 38.1 au Cameroun, ce taux monte à 58% en RDC.
CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA SUITE