Des smartphones pour sauver des vies en Afrique

Tags:

Publié par & dans la catégorie TIC.

Source: Ferloo

Face à des systèmes de santé défaillants, les nouvelles technologies sont devenues une alternative pour former les médecins africains et leur permettre d’interagir avec les patients isolés des zones rurales. D’internet à la téléphonie mobile, l’e-santé, qui désigne l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) au secteur de la santé, est porteuse d’espoir pour les progrès médicaux du continent.


 Il y a dix ans, à l’hôpital de Bamako, la petite Fanta n’a pas eu peur lorsqu’elle a vu son médecin suisse lui sourire, à travers un écran d’ordinateur. Quelques semaines plus tôt, la jeune Malienne, atteinte d’hydrocéphalie, avait confié sa vie au neurochirurgien, à Genève, avant de repartir dans son pays natal. Puis, les équipes médicales malienne et suisse l’ont suivie, l’une physiquement, l’autre virtuellement, à 4 000 kilomètres de distance, pendant plusieurs années. « Fanta est la mascotte de la télémédecine au Mali », affirme le docteur Ousmane Ly, directeur de l’Agence nationale de télésanté et d’informatique médicale du pays.

« Télémédecine », « e-santé », « e-health », « cybersanté », les termes sont nombreux pour désigner les pratiques médicales utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC). Depuis les années 2000, de nombreux praticiens du Mali, du Burkina Faso, du Cameroun ou encore du Sénégal, ont pris la mesure du poids du numérique dans le développement de leur système sanitaire. En interagissant avec leurs homologues européens, américains ou canadiens, ils en ont fait un outil de formation en multipliant les consultations virtuelles, le télé-enseignement et le suivi à distance de patients.

Aujourd’hui, c’est désormais sur un autre support que l’e-santé se joue. « Nous allons bientôt pouvoir nous passer de l’ordinateur puisqu’internet est désormais sur nos téléphones portables », explique Line Kleinbreil, vice-présidente de l’Université numérique francophone mondiale (UNFM), engagée dans les projets de télémédecine depuis l’Hexagone, en partenariat avec le Réseau en Afrique francophone pour la télémédecine (RAFT). Grâce à une couverture réseau étendue dans les régions rurales reculées, le médecin se trouve désormais dans la poche du patient. « Les smartphones vont devenir des terminaux de télémédecine », affirme le docteur Ousmane Ly.

LIRE LA SUITE