Avec Switchers, la téléphonie est devenue télégénique

Tags:

Publié par & dans la catégorie TIC.

Source: Economie jeune afrique

Suivant l’exemple d’Inwi au Maroc, Mobilis et Samsung ont financé une minisérie pour internet et la télévision algérienne. Une nouvelle façon de faire du placement de produit.

Clap de fin pour Switchers : fin juin, la télévision publique algérienne a diffusé le 30e et dernier épisode de la minisérie financée par l’opérateur télécoms Mobilis, en cobranding avec le géant de l’électronique Samsung. En dehors de la diffusion télévisée, les épisodes de huit minutes ont été vus en moyenne 200 000 fois sur le Net, avec un pic à plus de 400 000 pour le premier. « La page Facebook de l’opérateur public a gagné 45 000 fans, pour atteindre les 275 000, souligne Nassim Lounes, directeur général de l’agence de communication Med&Com. Et Mobilis a ainsi pu attirer un public adolescent afin de rajeunir sa marque et d’augmenter son parc de clients. »

Engagés dans une bataille publicitaire acharnée, Mobilis (28,3 % de part de marché sur la téléphonie mobile en 2012) et ses concurrents, Djezzy (47,6 %) et Nedjma (24,1 %), avaient déjà sponsorisé des jeux télévisés ou des mini-web-séries, dont certaines ont connu une deuxième vie sur le petit écran. Mais avec Switchers, c’est la première fois qu’un opérateur algérien finance une oeuvre originale afin d’y faire du placement de produit dans un univers choisi par lui : le monde de la communication mobile et des réseaux sociaux. L’idée est en réalité née au Maroc, chez Inwi, qui a diffusé la première saison de la série sur le web en 2012 et la seconde en juin. Et c’est l’agence algérienne Lotus Conseil qui a proposé à Mobilis d’en acquérir les droits d’adaptation non seulement pour internet, mais aussi pour trois chaînes télévisées.