Audiovisuel en Côte d’Ivoire : La coopération, un atout décisif

Publié par & dans la catégorie Médias.

Source: Fraternité Matin

Le Président de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle, Ibrahim Sy Savané, a mis à profit son passage en France, pour échanger avec les partenaires.

Durant son séjour à Paris, le Président de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) a eu une série d’entretiens avec différents partenaires. Parmi lesquels, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Avec le régulateur français, les échanges ont porté sur le renforcement dans le domaine du monitoring. C’est d’ailleurs pour répondre à une telle nécessité que la HACA vient elle-même de se doter d’un Centre d’observation des programmes audiovisuels.

Une rencontre avec la présidence de Canal Afrique a permis des avancées notables autour de la nouvelle convention. Celle-ci doit remplacer celle conclue il y a plus de dix ans entre l’Etat de Côte d’Ivoire et Canal Afrique, une figure majeure dans le paysage audiovisuel ivoirien.

Relativement à la Transition Numérique, M. Ibrahim Sy Savané a également échangé avec la société de diffusion Tdf. Cette société dont l’expertise est mondialement reconnue avait déjà apporté, l’année dernière, à la demande de la HACA, une assistance pour la planification des fréquences dans la perspective de la libéralisation de l’espace audiovisuel ivoirien.
À vingt-trois mois du basculement numérique, annoncé pour le 17 juin 2015, de nombreuses questions demeurent. Par exemple, celle de savoir si la libéralisation peut encore se faire en analogique ainsi que le prévoyait la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle dans le chronogramme que l’Institution avait proposé il y a un an et demi. Le Président de la HACA a admis que les retards accumulés changeaient la donne, tout en se montrant confiant dans les concertations avec le Ministère de la Communication en vue de prendre ensemble, la décision la plus opportune.

Également, au programme de la mission en France, une rencontre avec la Présidence de l’Audiovisuel extérieur de France (Aef) qui regroupe RFI, France 24, Monaco Doualya. Les discussions se sont tenues avec Mme Marie Christine Saragosse et certains de ses collaborateurs en charge de l’international. Ont été évoqués divers sujets tels que le statut et les règles applicables en matière de publicité sur RFI. De même que les rapports institutionnels. Selon Ibrahim Sy Savané, les choses sont simples: « Les radios ont le droit de dire ce qu’elles ont à dire et les pouvoirs publics ont le droit de ne pas être d’accord et de le faire savoir. Le tout étant soluble dans les discussions entre professionnels ».

L’épineuse situation des archives audiovisuelles a été au centre des échanges avec M. Mathieu Gallet, président de l’Institut national de l’audiovisuel (Ina). Une convergence de vues sur les modalités de collaboration s’est dégagée. La question des archives gagne en importance tant au plan de la mémoire que du point de vue économique.

Déjà amorcée, la coopération entre la HACA et l’Organisation Internationale de la Francophonie (Oif) a fait l’objet de longs échanges. Un point a été fait sur les projets de la HACA en cours d’exécution avec l’appui de l’Oif. Les sujets liés à la vie du Réseau Francophone des Régulateurs des Médias (REFRAM) ont été aussi évoqués.
Le projet d’Observatoire audiovisuel de l’Afrique de l’Ouest conçu et porté par la HACA a également été présenté à la plupart des interlocuteurs. Le manque criant de données statistiques dans l’audiovisuel rend en effet indispensable un tel outil dans la prise de décision.

Notons qu’hier, une délégation de la société de diffusion Tdf, composée de Jean François Marco, directeur de projet et d’Alain Komly, directeur délégué/Division « audiovisuel » Tdf, a échangé, hier, au siège de la HACA, aux Deux-Plateaux, avec le Président de l’Institution, Ibrahim Sy Savané, entouré de ses plus proches collaborateurs. Ils ont abordé les questions de la Transition Numérique Terrestre et de la libéralisation de l’espace audiovisuel.