Le Sénégal, réservoir de talents-TIC

Publié par & dans la catégorie TIC.

Source: Rewni

Après une visite de trois jours au Sénégal, les agents du SAP, leader mondial des logiciels de gestion d’entreprise, ont tenu un point de presse, hier. Satisfaite de la qualité de la formation au Sénégal, l’entreprise s’est engagée à apporter son soutien pour le renforcement des capacités, en utilisant l’expertise nationale pour le développement des entreprises

La jeunesse joue un rôle important dans le processus de développement d’un pays. Et au Sénégal, la majeure partie de cette tranche d’âge est dans les institutions universitaires. C’est pourquoi, nous dit Moantsoga Marius, responsable SAP francophone, leur mission est de voir comment donner à la jeunesse du Sénégal la capacité d’améliorer son employabilité, à la sortie des universités. Ainsi, ils auront comme principale vocation d’apporter des contributions, avec des programmes qui vont définitivement assurer que les jeunes qui arrivent sur le marché de l’emploi seront suffisamment outillés de connaissances pour être immédiatement opérationnels dans le monde de l’entreprise. En effet, ils jugent que le Sénégal offre un important réservoir de talents qui pourrait servir toute la région. Aussi, des incubateurs seront-ils mis à la disposition des jeunes, d’après Marius, pour leur permettre, avec le système d’organisation, de traduire leur rêve en réalité.
D’ailleurs, en présence de Sérima Pfungwa, Pdg SAP Afrique, M Marius a loué le choix stratégique fait dans l’éducation au Sénégal où l’un des aspects partagés avec les autorités est que «nous sommes impressionnés par la qualité de la formation qui y est donnée». Cela, poursuit-il, se traduit par le flux des jeunes qui viennent des pays étrangers pour se former ici et une part importante des femmes dans cet enseignement. Avec environ 90.000 diplômés issus d’établissements d’enseignement supérieur, le Sénégal forme des étudiants ayant d’excellentes aptitudes en TIC. Ainsi, SAP reconnaîtra que cette future main d’œuvre pourrait servir, non seulement, pour le Sénégal mais pour toute la région où la demande de compétences en matière de TIC est en forte et constante progression.
Cheikh Moussa SARR
(Stagiaire)
REWMI QUOTIDIEN