Des initiatives en TIC pour soutenir la langue et l’identité amazighes

Publié par & dans la catégorie Communication.

Source: Maghreb émergent

Changement de statut aidant la langue et la culture amazighe tentent ces dernières années de passer de l’oralité à l’écriture. Avec l’émergence des nouvelles technologies, la langue amazighe s’est adaptée en accédant au réseau Internet grâce à des efforts de scientifiques. Mais aussi les efforts d’anonymes soucieux de préservation de l’identité et qui utilisent les nouvelles technologies pour assurer la survie de la langue.

 

 

Avant la fin du siècle, sur les 7000 langues mondiales actuelles, 90 % d’entre elles seront éteintes, selon l’UNESCO. Le Berbère ou Tamazight, langue plusieurs fois millénaire, qui a été transmise exclusivement par l’oralité, fera peut-être partie de ces langues vouées à la disparition si rien n’est fait. Et la disparition de la langue amazighe et par conséquent de la culture véhiculée par cette langue serait une perte pour l’ensemble de l’Afrique du nord. Toute langue est menacée d’extinction quand elle perd de ses fonctions de communication dans la vie sociale. A l’ère de l’introduction des Technologies de l’information et de la communication (TIC), tamazight peut tirer le meilleur de la révolution numérique.

La  mondialisation « est autant une richesse qu’une menace pour l’amazighe, mais cette menace, si menace il y’a, reste vraie pour les autres langues aussi, exception faite pour la langue anglaise », explique Lahbib Zenkouar, Directeur du Centre des Etudes Informatiques, des Systèmes d’Information et de Communication (CEISIC) de l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) du Maroc. L’apport des TIC en général et de l’Internet en particulier est indéniable pour la pérennisation de la langue et de l’identité amazighes. « Ces technologies de communication peuvent tisser beaucoup de valeurs du fait qu’elles permettent de véhiculer et la langue dans ses niveaux et la culture très riche », soutient pour sa part Yacine Zidane, enseignant universitaire, journaliste et chercheur dans le patrimoine. Pour cet universitaire algérien, cela va non seulement préserver la langue et la culture mais aussi les promouvoir. Et l’expérience est là, bien qu’elle soit insuffisante.

Des acquis, mais beaucoup reste à faire

Au niveau institutionnel, l’IRCAM a beaucoup fait pour Tamazight. Ses scientifiques ont travaillé à la réalisation et à la mise en œuvre de plusieurs normes fondamentales des technologies de l’information et de la communication. Ces normes, et principalement celle du codage, permettront sa reconnaissance, son traitement et son exploitation par les outils informatiques. Les travaux de cette équipe de linguistes et d’informaticiens de l’IRCAM ont été derrière l’adoption du codage du tifinagh par l’Organisation internationale de normalisation (ISO). Cette reconnaissance de « ISO-Unicode » de l’alphabet amazigh, a inauguré l’entrée de la langue amazighe dans les nouvelles technologies. « L’écriture berbère accède ainsi à tous les outils offerts sous le réseau international Internet et en particulier à la publication assistée par ordinateur », explique Lahbib Zenkouar. Cela a permis au géant de Microsoft en 2012 d’introduire tamazight dans Windows 8. L’IRCAM dispose d’une plate-forme de e-learning « école amazighe » facile d’accès, contrairement au site du Haut-commissariat à l’amazighité en Algérie. Tamazight tente de survivre grâce à des initiatives privées. Des citoyens ont trouvé dans les nouvelles technologies un moyen de redonner vie à leur langue, culture et identité amazighes. La toile regorge surtout de portails d’informations couvrant l’actualité amazighe dans la langue française et amazighe. Des plateformes d’apprentissage de langue amazighe existent aussi par la seule volonté individuelle.

Florilèges d’initiatives privées

Lire la suite