FESPACO 2013 : L’offensive du cinéma sénégalais à Ouaga…

Publié par & dans la catégorie Médias.

Source:

Demain, samedi 23 février, débute le Fespaco, pour se terminer le 2 mars 2013. Cette année, le ministère sénégalais de la Culture via la Direction de la Cinématographie  veut  donner plus d’éclat à la présence sénégalaise (11 films et une délégation de 25 personnes pour l’accompagnement). Les petits plats dans les grands, pour un budget de plus de 30 millions hors taxe,  pour célébrer ce retour au premier plan, tant souhaité.
A Ouagadougou, la journée du mardi 26 février sera celle du Sénégal avec l’inauguration de l’exposition dédiée aux pionniers du septième art sénégalais suivie de collation. Le Sénégal aura son stand de 18 m2 à la place des 9 m2 envisagés au départ pour servir de point d’information et lieu de rencontre. Il sera implanté dans la cour du siège du Fespaco. Selon les informations fournies par M.Hugues Diaz, directeur de la cinématographie, la délégation est forte de 25 personnes (officiels, journalistes et réalisateurs hors compétition) prises en charge par le département en plus du soutien financier apporté à 10 autres personnes du monde du cinéma. Pour la promotion des 11 films présents à Ouaga, chaque réalisateur disposera de deux affiches sur bâches et d’un lot de 750 cartes postales reprenant l’affiche et les informations du film. Au total, un lot 8200 cartes postales. Coût global du déplacement : 30.860 000 francs Cfa hors taxe, précise-t-on à la Direction de la cinématographie.Etre à nouveau confirmés. Les Sénégalais dont la passion se nourrit de films croisent les doigts. Les journées Cinématographiques de Carthage (Tunisie) de 2012 avaient été particulièrement prodigues à l’égard  de leur pays. Elles lui avaient décerné deux Tanits d’or, le prix du jury, et celui du public. Les heureux réalisateurs étaient Ousmane William Mbaye (Président Dia), Moussa Touré (La pirogue) et Alain Gomis (Tey-Aujourd’hui). Ces mêmes réalisateurs se retrouvent une fois encore  en compétition, cette fois ci au Festival Panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou (Burkina Faso). Alors on se met à rêver de l’Etalon de Yennenga que le cinéma sénégalais n’a jamais décroché. Même si le Sénégal  débarque à Ouaga auréolé de prix dans d’autres festivals, il faut s’attendre à un jeu serré. Le cru de cette édition coté sélection  fait partie des meilleures années que connaît le festival. Le grand jury présidé par la réalisatrice  Euzhan Palcy aura fort à faire pour départager les prétendants à l’Etalon.

Quoi qu’il en soi,  le Sénégal compte marquer son retour au devant de la scène cinématographique avec onze films présents à Ougadougou dans les différentes sections (compétition, panorama et marché du film) dont Cinq films qui convoitent des prix et autre distinction ( « La Pirogue » de Moussa Touré ;  «Tey –Aujourd’hui » de Alain Gomis ; «Président Dia » de Ousmane William Mbaye ; «Yolé, lesacrifice» de Moussa Séne Absa  et «Accusé de réception» (court métrage ) de Djibril Saliou Ndiaye.

Lire la suite