La téléphonie mobile est un catalyseur pour une croissance explosive en Afrique subsaharienne

Publié par & dans la catégorie TIC.

Source: Génération NT

CAPE TOWN, Afrique du Sud, 13 novembre 2012 /PRNewswire

La région est au premier plan mondial en matière de croissance de la téléphonie mobile, d’Internet mobile et de transfert d’argent par téléphone portable, mais la poursuite de la croissance est entravée par une allocation de spectre inappropriée et une taxation élevée

La GSMA a révélé aujourd’hui que l’Afrique subsaharienne était le marché de la téléphonie mobile enregistrant la plus forte croissance au monde, avec un rythme de croissance annuel prodigieux de 44 % depuis 2000(1). Le nombre de connexions mobiles a grimpé à 475 millions, contre seulement 12,3 millions de lignes fixes, représentant le ratio mobile/fixe le plus élevé au monde. S’il bénéficiait d’allocations de spectre suffisantes et d’une régulation transparente, le secteur de la téléphonie mobile pourrait permettre la création de 14,9 millions de nouveaux emplois en Afrique subsaharienne entre 2015 et 2020. Sur la base d’une recherche du cabinet Deloitte, l’Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne de la GSMA (2) fournit une évaluation complète de ce secteur dans la région ainsi que son impact socio-économique.

« La téléphonie mobile a d’ores et déjà révolutionné la société africaine, et pourtant la demande continue de croître de près de 50 % par an », a déclaré Tom Phillips, responsable des affaires gouvernementales et des questions de réglementation à la GSMA. « Afin de créer un environnement qui soutienne et encourage cette formidable croissance, il est impératif que les gouvernements travaillent en partenariat avec les opérateurs de téléphonie mobile pour permettre au secteur de prospérer dans la région, et au final offrir des options abordables pour connecter ses citoyens ».

La région connait des niveaux d’utilisation de l’Internet mobile parmi les plus élevés au monde. Au Zimbabwe et au Nigeria, le réseau mobile achemine plus de la moitié de l’ensemble du trafic sur le Web avec respectivement 58,1 et 57,9 %, contre seulement 10 % en moyenne à l’échelle mondiale. Les niveaux de pénétration de la 3G devraient croître de 46 % d’ici à 2016 à mesure que se développe l’utilisation des services spécifiques à la téléphonie mobile.

Impact économique de la téléphonie mobile

Le rythme d’adoption rapide du mobile a apporté d’importants bénéfices économiques à la région, contribuant directement à hauteur de 32 milliards USD à l’économie de l’Afrique subsaharienne, ou 4,4 % de son PIB. Environ 3,5 millions d’emplois à plein temps sont attribués au secteur de la téléphonie mobile, qui a en outre suscité une vague d’innovation en matière de technologie et de contenu. Pus de 50 « centres d’innovation », qui développent des compétences et du contenu locaux dans le domaine des services pour les TIC, ont été créés, parmi lesquels le Hive Colab en Ouganda, le iHub au Kenya et Limbe Labs au Cameroun. Le service de transfert d’argent par téléphone portable M-PESA de Safaricom au Kenya a atteint une envergure supérieure à tout autre service dans le monde. Il existe aujourd’hui plus de 80 opérations financières par mobile pour la population ne possédant pas de compte bancaire en Afrique, contre 36 en Asie, la deuxième région la plus populaire pour ces services.

La « pénurie » de spectre est une menace pour la région

Lire la suite