Les médias d’Afrique de l’Ouest sensibilisés aux questions liées à l’exploitation minière

Publié par & dans la catégorie Médias.

Source: UICN

L’activité minière en Afrique de l’Ouest tout en contribuant au développement économique et social des pays, perturbe les équilibres naturels et humains et suscite des interrogations sur le péril qu’elle fait planer sur la vie future de communautés riveraines des sites miniers. C’est le constat fait par un groupe de journalistes de l’Afrique de l’ouest et du centre participant à un atelier sous-régional de renforcement des capacités des media, co-organisé par le Programme Afrique Centrale et Occidentale de l’Union Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN/PACO) et le Partenariat Ouest Africain de l’Eau (GWP/AO), du 1er au 5 octobre 2012 à Ouagadougou, Burkina Faso, sur le thème « Exploration minière et protection de l’environnement et des ressources naturelles en Afrique de l’Ouest »

L’atelier avait pour but de renforcer la compréhension des journalistes spécialistes des questions environnementales sur les enjeux, impacts et dangers de l’exploitation minière sur l’environnement. Plus de quarante participants, journalistes parlementaires, spécialistes de l’environnement et acteurs du secteur des mines, issus de 11 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, ont pris part à cinq jours d’échanges, de visites et de pratiques axés sur la relation entre exploitation minière et protection de l’environnement.

Les communications et panels sur l’activité minière et les législations qui l’encadrent, ont permis aux journalistes de comprendre qu’il s’agit d’une activité complexe comprenant l’exploration, l’exploitation et la commercialisation. Selon M. Bashirou OUEDRAOGO, Conseiller Technique du Ministre burkinabé des Mines, de l’Energie et des Carrières, parlant au nom de son Ministre à la cérémonie d’ouverture de l’atelier, « les mines contribuent sans conteste au développement socio-économique de nos pays. Cela ne se produit malheureusement pas sans impacts sur l’environnement et les ressources naturelles ».
Bien que l’activité minière se révèle être une source pourvoyeuse d’emplois et de revenus pour de nombreux Etats d’Afrique de l’Ouest, les équilibres naturels et humains connaissent une perturbation profonde dans les zones d’exploitation minière. Les écosystèmes naturels sont difficilement reconstitués et la qualité de vie du milieu peut être altérée après la fermeture de la mine. Si des textes nationaux, régionaux et même internationaux organisent la protection de l’environnement dans l’exploitation minière, les coûts élevés des actions de compensation et la faible capacité de contrôle des États et de réactions de la société civile ne permettent pas d’établir une véritable traçabilité sur tous les effets de l’activité minière et le respect des normes environnementales en Afrique de l’Ouest.
Pourtant, avec le boom actuel du secteur minier, des « compromis sont possibles entre les enjeux économiques et environnementaux en matière d’exploitation minière » selon M. Abdoulaye Diarra, enseignant-chercheur à l’Institut International de l’Eau et l’Environnement (2IE) prenant part aux débats de panel au cours de l’atelier. Pour le Président du Global Water Partnership Afrique de l’ouest (GWP/AO), M. Hama Arba Diallo, aussi député-maire de Dori dans le Sahel du Burkina Faso, « dans le contexte d’un pays comme le Burkina Faso, il vaut mieux avoir l’or que de ne pas en avoir » du fait que cette activité suscite beaucoup d’enthousiasme à l’exemple de la mine d’Essakane située dans sa région. Pour y arriver, « la mobilisation de tous les acteurs est nécessaire pour atténuer les incidences environnementales et veiller à la conservation des biens et services essentiels des écosystèmes qui soutiennent le développement à long terme » a déclaré le Dr. Aimé J. Nianogo Directeur Régional de l’UICN-PACO. C’est pourquoi, le répresentant du Ministre, M. Bashirou Ouédraogo, a salué et encouragé l’initiative de l’UICN/PACO et de GWP/AO de cibler les médias avec leur potentiel d’information et de sensibilisation en plus des parlementaires pour cet atelier de renforcement des capacités.

L’atelier de cinq jours s’est déroulé en trois phases : après deux jours d’échanges avec les spécialistes du secteur et une journée de visite de terrain, les journalistes ont réalisé des productions médiatiques sur l’impact des activités minières sur les systèmes naturels et humains mais aussi sur la période poste exploitation.

UN BOULEVERSEMENT DES ÉQUILIBRES NATURELS ET HUMAINS LIÉS À L’EXPLOITATION MINIÈRE

Lire la suite