TIC : Les appels téléphoniques vers l'Afrique, vache à lait des Etats ?

Publié par & dans la catégorie TIC.

8174556-femme-africaine-heureuse-prenant-la-parole-a-son-nu.jpgLes prix des appels entrants vers l’Afrique augmentent dans certains pays de 111% depuis 2009. Cette augmentation brutale des couts de communication s’est lourdement répercutée sur les africains vivants en Europe, en Asie et aux États-Unis.

Pour illustrer ce phénomène nous allons prendre l’ exemple de la France où il y’a 3 ans, pour appeler vers l’ Afrique , il suffisait d’ acheter une carte à 7,5 Euros. Cette carte permettait en moyenne de communiquer pendant 100 minutes. Subitement depuis 2009 pour 7,5 euros , ils disposent désormais que de 30 minutes de communication là aussi étant une moyenne raisonnable.

Les prix de communication vers l’ Afrique ont augmenté , et même beaucoup trop augmenté à tel point qu’ appeler les parents de façon régulière devient un lux pour la majorité silencieuse des africains établis en occident. Nous allons donc tenter de comprendre une partie du phénomène.

En 2009, le Ghana , le Congo Brazzaville , le Sénégal et le Gabon suivis d’ autres pays un peu plus tard décident d’ imposer une nouvelle taxe spécifique sur les télécommunications appelée Surtaxe sur les appels internationaux entrants (SAIE).

SAIE prend la forme d’un montant forfaitaire que les opérateurs doivent facturer pour l’aboutissement des appels internationaux entrants, et dont le gouvernement définit la valeur. Le gouvernement fait appel à un organisme privé pour mesurer le nombre de minutes de communications internationales entrantes acheminées par chaque opérateur et facture les opérateurs en conséquence.Les sommes ainsi prélevées sont ensuite partagées avec l’organisme privé chargé d’effectuer les mesures.

Les prix de la SAIE sont différents des frais d’acheminement du marché qui étaient appliqués avant l’introduction de la taxe.

Conséquences directes pour la diaspora

  • Au Sénégal, les prix ont augmenté de 50%. Un opérateur de réseau mobile (« ORM ») du Sénégal a noté que le nombre de minutes d’appels internationaux acheminées sur son réseau diminuait chaque mois depuis la mise en place de la taxe.
  • Au Ghana, les prix ont augmenté de 58%. Un ORM a signalé que les revenus provenant du trafic entrant avaient chuté de 12% dans les six premiers mois qui ont suivi l’introduction de la SAIE. Un autre ORM a rapporté une baisse de 35% du nombre de minutes d’appels internationaux sur son réseau dans le mois qui a suivi l’introduction de la SAIE.
  • Au Congo Brazzaville, le prix du trafic entrant a bondi de 111%. Les données d’un ORM ont indiqué que le trafic entrant a chuté de 36% entre mai 2009, époque de l’introduction de la SAIE, et mai 2011.
  • Au Gabon, les prix ont augmenté de 82% lorsque la SAIE a été imposée en août 2011.

Changement de cap ?

Le Mali songe à introduire une taxe sur les appels internationaux entrants pendant que beaucoup de pays sont entrain d’abandonner cette pratique, notamment le Sénégal avec l’arrivée de Macky Sall au pouvoir, le Gabon et la Côte d’Ivoire.

Source : mygab.tv