TIC | Chine-Afrique : Kabila inaugure le centre régional Huawei de formation des experts

Publié par & dans la catégorie TIC.

@mediacongo.net

Le chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, a coupé, hier vendredi 25 mai à La Place du 30 Juin à Kinshasa/Gombe, le ruban symbolique du Centre régional de formation des experts de la République démocratique du Congo et des pays d’Afrique francophone en télécommunications et NTIC ouvert par la société chinoise Huawei.

Le vice-président supérieur de ce major chinois des télécommunications, Guo Tianmin, a indiqué, dans son discours, que le centre a une capacité d’accueil de 2 000 stagiaires par an. Huawei, qui a investi 45 millions USD dans ce projet, s’est installé en RDC en 2004, fourni du matériel technologique à 45 opérateurs internationaux dans plus de 140 pays et possède 37 centres de formation dans le monde dont 5 en Afrique (Egypte, Nigeria, Afrique du Sud, Tunisie et Angola).

Sa société est en mesure de mettre à la disposition des autorités congolaises des infrastructures adéquates pour le recensement de la population, la fabrication des cartes d’identité et le fichier électoral de prochains scrutins, a-t-il assuré.

Guo Tianmin a aussi annoncé que les étudiants de l’Université de Kinshasa, particulièrement ceux de la faculté de Polytechnique, et les experts des pays francophones d’Afrique bénéficieront dans ce centre d’«un transfert de connaissances et de technologies». Enfin, il a exprimé le souhait de voir ce centre être «l’expression de la volonté de son entreprise de s’installer durablement en RDC».

Depuis 2010, Huawei est le deuxième fournisseur mondial en réseaux télécommunications, derrière Ericsson et devant Nokia Siemens Networks, Alcatel-Lucent, Cisco Systems et ZTE.

Pour sa part, l’ambassadeur de la République populaire de Chine, Wang Yingwu, a salué «un moment important» et appelé les partenaires extérieurs à la «compréhension» ainsi qu’au «soutien» à la révolution de la modernité de la RDC. Il a souhaité un «bel avenir» à la RDC, en soulignant que «les entreprises chinoises sont disposées à oeuvrer» pour un environnement des affaires convenable.

INTERCONNEXION DES SERVICES PUBLICS

Pour combler le «déficit de communication» tel que «ce qui est fait en RDC n’est pas connu à l’extérieur», le gouvernement congolais a levé l’option d’une «interconnexion de tous les services publics» et décidé de mettre les autoroutes de la communication à la portée de l’ensemble de la population.

L’objectif prioritaire est de déployer le premier tronçon de la fibre optique sur 650 km, a dit dans son discours le ministre des Postes, Télécommunications et NTIC, Tryphon Kin-Kiey Mulumba. «Ce complexe va booster tout ce qui se fait jusqu’à présent dans notre pays en matière de télécommunication», a-t-il déclaré en substance, en soulignant que c’est «une contribution remarquable à la réalisation de la révolution de la modernité initiée par le chef de l’Etat».

En effet, le gouvernement congolais est d’avis que le potentiel du secteur des télécommunications et technologies de l’information et de la communication, «au regard de l’étendue du marché et des besoins présents et à venir des entreprises congolaises, reste encore sous-exploité».

Pour accroître la contribution de ce secteur à la croissance, à l’emploi et au budget de l’Etat, il a prévu dans son programme de «porter, d’ici 2016, la télédensité à 40 lignes de téléphone fixe ou mobile pour 100 habitants ; poser, d’ici 2016, 5000 km de câble de fibre optique sur l’étendue du territoire national (réseau national de fibre optique ou back bone) ; connecter, d’ici 2016, environ 30 millions de lignes fixes et mobiles (réseau métropolitain) ; informatiser l’administration publique et les services spécialisés de l’Etat, ainsi que les postes frontaliers».

En s’adressant dans son mot de bienvenue au président Joseph Kabila et aux membres du gouvernement conduits par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo, le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta, s’est réjoui du fait que «les investisseurs répondent +présent+ à la Révolution de la modernité du président de la République», par la création des emplois.

Le Centre régional de formation des experts de la RDC et des pays d’Afrique francophone en télécommunications et NTIC comprend des bureaux, des salles de formation et d’exposition avec des équipements hi-tech (moniteurs pour la dizaine de caméras de surveillance qui couvrent tout le site, trois immenses écrans plats) ainsi que des logements pour son personnel expatrié.

Angelo Mobateli
Kinshasa, 26/05/2012 (LP / MCN, via mediacongo.net)