TIC | Burkina Faso : Projet régional des infrastructures de communication

Publié par & dans la catégorie TIC.

Le comité de pilotage du Projet régional des infrastructures de communication de l’Afrique de l’Ouest, Burkina Faso (PRICAO-BF) a tenu, le mercredi 11 avril 2012 à Ouagadougou, sa première session. Il s’est agi, au cours de cette session, de statuer sur les points inscrits à son ordre du jour notamment l’examen et l’adoption des projets de programme d’activités et de budget ainsi que le plan de passation des marchés de 2012 et les divers.Examiner et adopter les projets de programmes d’activités et de budget ainsi que le plan de passation des marchés de 2012. C’est à cet exercice que s’est soumis le comité de pilotage du Projet régional des infrastructures de communication de l’Afrique de l’Ouest, Burkina Faso (PRICAO-BF), lors de sa première session tenue le mercredi 11 avril 2012 à Ouagadougou. Financées par la Banque mondiale, les activités de ce projet ont été lancées en janvier 2012. Le PRICAO-BF est un programme d’appui au Burkina Faso qui s’inscrit dans le cadre de la première phase du Programme régional des infrastructures de communication de l’Afrique de l’Ouest. Il doit permettre à terme, selon le président de son comité de pilotage, Joachim Méda, d’accroître la couverture géographique des réseaux à bande passante de grande capacité, de réduire les coûts des services de communication et d’améliorer la qualité de la connectivité régionale et internationale. Cela, en facilitant la connexion de tous les pays en Afrique de l’Ouest à l’infrastructure mondiale de fibre optique de large bande et la création d’un réseau de transmission régional et national coordonné qui permettra à tous les pays en Afrique de l’Ouest d’être effectivement connectés tant à l’intérieur qu’au-delà des frontières nationales.

Le coût de financement du PRICAO-BF est de 23 millions de dollars US, soit environ 10,350 milliards de F CFA. Le projet s’exécute sur la période 2011-2016 et se décline en trois composantes que sont : composante 1 « l’amélioration de la connectivité » ; composante 2 : « la création d’un environnement propice et le renforcement des capacités institutionnelles pour une connectivité améliorée » et la composante 3 « mise en œuvre du projet ». Son comité de pilotage se réunit deux fois par an en session ordinaire pour examiner, entre autres, le programme d’activités annuel, le budget et le plan de passation des marchés, veiller à la mise en œuvre des recommandations du comité de pilotage, des missions de supervision et de suivi des différents audits et examiner tout dossier soumis à son appréciation.

Christine SAWADOGO

Source