MEDIAS : Le piétinement des acquis de la liberté en France vu par le Dr Serge Nicolas Nzi

Publié par & dans la catégorie Médias.

Contribution éditoriale par Dr Serge Nicolas Nzi

I – Le piétinement des acquis de la liberté de la presse

En 1979 Pierre Mauroy qui deviendra plus tard premier ministre de François Mitterrand déclarait :
<< La transparence est la servitude de ceux qui acceptent des mandats publics. On doit donc accepter la transparence totale, en particulier en ce qui concerne sa situation matérielle, et par conséquent, les journalistes puissent en parler et révéler un certain nombre de faits, dès lors qu’ils sont exacts. >>

Et pourtant c’est en France que le directeur de l’hebdomadaire « Paris-Match » Alain Genestar, a perdu son travail pour avoir fait la une de son journal avec une photo de Cecilia Sarkozy avec son amant le publicitaire Richard Attias le 25 août 2005. Le ministre de l’intérieur de l’époque Nicolas Sarkozy, se sentait humilié dans sa dignité d’homme par cette publication, car le monde entier découvrait qu’il était vulgaire mari cocu et cocufié par sa femme.

À la lumière de ce qui précède, personne ne devait mettre la presse en cause, le droit de s’exprimer, de s’informer et d’être informé font partie intégrante des doits fondamentaux de l’homme.
La liberté est comme l’air que l’on respire. On se rend compte qu’elle est irremplaçable dès qu’on en est privé.

S’il y a une démocratie dans le monde occidental qui depuis des décennies assiste impuissante au piétinement continue de la liberté de la presse par la faute même des journalistes, des pratiques mafieuses de cette profession et de sa soumission à plat ventre au pouvoir de l’argent, c’est bien dans la ploutocratie de la France, actuelle.

En Effet, la plupart des journaux, des radios et des chaînes de télévision, appartienne à des grands groupes industriels et financiers. Parfois même à des familles riches et influentes qui utilisent ces médias pour faire prospérer leurs affaires et surtout orienter l’information dans le sens de leurs petits intérêts sordides, mesquins, partisans donc partiels et parcellaires.

Imaginez simplement la force d’une grosse entreprise du Bâtiment et des travaux publics qui est propriétaire de journaux, de stations de radio et de télévision, qui convoite des marchés d’Etat comme la construction d’un grand stade olympique. Comment ses concurrentes peuvent-elles se battre loyalement et à la régulière avec un mastodonte qui a dans ses mains des instruments pour faire et défaire l’opinion ?

II – La France comme une ploutocratie

La ploutocratie est un système politique dans lequel le pouvoir est exercé par les plus riches. Une sorte de gouvernement aux mains des plus grandes fortunes du pays. Un tel système pervertie la société en y installant durablement des inégalités difficiles à corriger si non que par le recours à la force. Une société ou l’argent et la richesse deviennent le but de vie. Un pays ou la position sociale s’évalue par la richesse qu’on dispose devient de moins en moins solidaire.

Deux mondes se côtoient ainsi en s’ignorant. La moralité et la fraternité humaine n’y ont plus de place. La France actuelle ressemble étrangement aux ploutocraties du moyen âge qu’étaient Venise, Florence, Gêne ou des principautés d’aujourd’hui comme celles de Monaco, d’Andorre, ou du Lichtenstein.

Pour contourner la démocratie, les riches se réunissent en cartel pour copter un homme politique dont-ils financent la campagne électorale, leurs radios, journaux et télévisions se mettent à sa disposition pour lui donner l’image qu’un homme porteur d’une espérance pour tous, alors qu’en réalité, il n’est qu’un pion pour servir de couverture et de protection aux riches et surtout à leurs fortunes. Dans ce sens la France actuelle ressemble étrangement à une ploutocratie moyenâgeuse.

III – Le Métier de journaliste en France ou le journalisme de connivence

 

Lire la suite ici