AFRIQUE | MEDIAS : Les grands ambitions de la Chine

Publié par & dans la catégorie Médias.

Good Morning Africa ! La Chine investit en Afrique et se lance aussi dans la bataille médiatique. Une manière de donner une image positive de l’empire du Milieu.

À première vue, cela ressemble étrangement à Al-Jazira English et à BBC World. Le présentateur a tout l’air d’un Africain-Américain de CNN. Rien de tout cela en réalité. Mark Masai, le journaliste qui présente l’édition de Africa Live de ce dimanche 5 février, est kényan, et la chaîne qui l’emploie est… chinoise.

Depuis le 12 janvier dernier, l’émission est diffusée chaque jour à 17 heures GMT (20 heures au Kenya) sur CCTV Africa, la nouvelle filiale de la Télévision centrale de Chine sur le continent. Pour l’instant, celle-ci ne diffuse que une heure de programmes destinés au public africain, sur le canal anglophone du réseau. Mais cet embryon est destiné à devenir, à terme, une chaîne d’information à part entière.

Le siège, installé à Nairobi, est doté de son propre centre de production d’information (le premier du genre à voir le jour hors de Chine). Tous ses programmes y sont fabriqués, et les images proviennent du réseau de correspondants mis en place pour l’occasion. Depuis décembre, une équipe comprenant un cadreur et un rédacteur est ainsi positionnée à Dakar et prête à se déployer partout en Afrique de l’Ouest… À moins que la mission ne soit confiée à leurs homologues du Ghana ou du Nigeria. À terme, la chaîne compte déployer pas moins de quatorze bureaux en Afrique, Maghreb compris.

Mais déjà, Africa Live propose chaque jour trente minutes d’informations généralistes suivies de vingt minutes sur l’actualité des affaires, et consacre le reste de la tranche horaire aux sports. À la manière des grands réseaux de télévision, ses envoyés spéciaux interviennent en duplex depuis Le Caire, Lagos ou Johannesburg tout au long de l’édition. Le week-end, la place accordée à l’actualité est réduite pour proposer des shows hebdomadaires : Talk Africa, une grande interview (pas toujours des plus impertinentes) et Faces of Africa, un magazine de reportages.

Rupture

Selon l’un des responsables kényans, CCTV Africa devrait passer à « deux heures de programmes quotidiens d’ici à trois ou quatre mois » et devenir une chaîne émettant « 24 heures sur 24 » à « l’horizon 2015 ». À l’heure où les Britanniques de la BBC réduisent la voilure et alors que l’Audiovisuel extérieur de la France se prépare à une fusion entre sa chaîne de télévision France 24 et sa radio RFI pour réduire ses coûts, la Chine se lance dans la bataille médiatique. Avec l’inauguration, presque simultanée, du siège flambant neuf de l’Union africaine à Addis-Abeba fin janvier, le message est on ne peut plus clair : la politique africaine de Pékin ne se cantonnera pas à la sphère économique.

L’ambassadeur chinois au Kenya, Liu Guangyuan, n’a d’ailleurs pas fait mystère de ses intentions lors de son discours d’inauguration de l’antenne. « Un grand nombre de médias ne donnent pas une vision de la Chine sous tous ses aspects. Le centre de production d’information de CCTV Africa se donnera pour mission de dire la bonne vérité à propos de la Chine [...] et de présenter les expériences réussies de son développement économique. »