ANGOLA | MEDIAS : La TV numérique pour tous avec le Japon

Publié par & dans la catégorie Médias.

Luanda – L’Angola pourra avoir à partir de 2012 un nouveau système de télévision digitale à être installé dans le cadre de la coopération avec le Japon, devenant ainsi le premier pays africain à bénéficier de ce système.

Cette matière a été vendredi au centre de l’entretien entre le nouvel ambassadeur de Japon en Angola, Ryozo Myoi, avec le vice-président de la République, Fernando da Piedade Dias dos Santos.

Le diplomate japonais a affirmé à la presse que ce projet avait déjà été approuvé par l’Organisation internationale de télécommunications, et n’attendait que l’aval de l’Exécutif angolais pour son démarrage, ce qui sera fait en 2012.

Il a expliqué que ce système était le même que celui utilisé au  Brésil, installé également par le Japon, et représente ce qui constitue une technologie de pointe dans  l’émission de télévision.

L’ambassadeur n’a pas indiqué le coût du projet, mais a confirmé que, de façon globale, ce n’était pas très onéreux.

Le  système de télévision digitale japonais, dénommé ISDB (Service Intégré de Transmission Digitale Terrestre) est considéré comme  le plus flexible de tous, car il répond mieux à la nécessité de mobilité et portabilité.

Il s’agit de l’évolutin du système DVB-T utilisé par la majorité des pays du monde, et qui en en developpemnet deopuis la décennie 70 par le laboratoire de recherche du réseau de TV NHK.

Des spécialistes ont considéré le système hautement versatile. Outre d’envoyer les signaux de la télévision digitale il peut être employé  dans diverses activités, notamment la transmission des données; comme recepteur partiel en un PDA et en téléphonie cellulaire; entre autres.

Le diplomate japonais a aussi abordé avec le vice-président des questions relatives à la nécessité de resserrer les relations, une preoccupation présentée par Fernando da Piedade Dias dos Santos, qu’il confirme.

Il a révélé qu’en ce moment les conversations étaient en phase finale pour un accord de protection des investissements, un mécanisme envisagé comme déterminant pour le renforcement de la coopération.

À ce jour, il y a huit entreprises japonaises à opérer en Angola, un chiffre treès bas, selon l’ambassadeur du Japon, vu la quantité d’entreprises japonaises qui opèrent dans tout le monde.

Il a informé que l’Angola exporte vers le Japon environ 20 millions de dollars, en pétrole, alors que le volume des importations de l’Angola de ce pays se situent à l’ordre de 200 millions de dollars (surtout par l’importation des véhicules), c’est à dire dix fois plus, un indicateur qui est en étude pour son équilibre, selon Ryozo Myoi.

Le diplomate japonais a assuré que le Japon considérait l’Angola comme  une nation prometeuse, non seulemnt a cause du pétrole, mais aussi pour son potentiel dans d’autres domaines où l’État nippon prétend s’engager, comme le secteur agricole.

Source