Radio Lisanga Télévision : de retour bientôt à Kinshasa ?

Publié par & dans la catégorie Médias.

OLPA exige le rétablissement de signal de RLTV à Kinshasa et à Mbuji-Mayi

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), réseau africain d’experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse émet de sérieux doutes sur le caractère légal de la coupure de signal de Radio Lisanga Télévision (RLTV) à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo (RDC) et à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental, au centre du pays.

Le signal de Radio Lisanga Télévision à Kinshasa a été coupé, le 6 novembre 2011 à 23 heures locales. Cette coupure est intervenue peu après la diffusion en boucle au cours d’une émission intitulée « SET » (Soutien à Etienne Tshisekedi), d’un entretien téléphonique du candidat Etienne Tshisekedi à partir de la République Sud Africaine. Au cours de cet entretien, Tshisekedi s’autoproclamait président de la République et lançait un ultimatum de 48 heures au gouvernement pour libérer les militants de l’opposition emprisonnés. Il a appelé les militants de l’opposition à casser les portes des prisons.

Eliezer Tambwe, directeur des programmes de RLTV à Kinshasa et animateur de l’émission SET, a reçu les 6 et 7 novembre 2011, plusieurs appels téléphoniques anonymes le menaçant de représailles et de mort. Les auteurs des menaces lui ont déclaré que : « Roger Lumbala et autres Tshisekedi prendront le chemin d’exil vers l’occident alors que toi tu mourras au Congo d’une mort atroce ». Ces menaces ont contraint le journaliste à entrer en clandestinité. Le 7 novembre 2011 à Mbuji-Mayi, le responsable local de l’Agence nationale des renseignements (ANR) s’est rendu au siège de RLTV Mbuji-Mayi. Il a intimé l’ordre au responsable de la chaîne de radio d’arrêter les émissions sous prétexte de vouloir travailler sur un pylône de l’Office congolais des Postes et de télécommunication (OCPT).

Face au refus des agents de RLTV d’obtempérer, plusieurs éléments de la Police nationale congolaise lourdement armés ont pris d’assaut les installations de la radio et ils ont sectionné plusieurs câbles de la RLTV qui a aussitôt interrompu ses émissions, à 14 heures locales.

RLTV Mbuji-Mayi a aussi diffusé au même moment que RLTV Kinshasa l’entretien téléphonique du candidat Etienne Tshisekedi à partir de la République Sud Africaine.

Le 27 octobre 2011, le Conseil provincial de sécurité présidé par Alphonse Ngoyi Kasanji avait lancé un dernier avertissement à RLTV sous prétexte qu’il diffusait une information partiale susceptible de créer des troubles. Mais les responsables de RLTV Mbuji-Mayi n’ont jamais été notifiés.

Eu égard à ce qui précède et tout en désapprouvant les propos incendiaires du candidat E. Tshisekedi à travers les médias, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique constate que la coupure des signaux de deux chaînes de radio et de télévision s’est fait en violation flagrante de la loi n°11/01 du 10 janvier 2011 portant composition, attributions et fonctionnement du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). Il s’agit donc des voies de fait constitutives d’atteinte grave à la liberté de la presse garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme.

La suspension ou le retrait de la fréquence est du ressort du CSAC qui doit en faire expressément la demande et non des humeurs des individus. OLPA déplore également des coupures intempestives du signal de Congo Media Channel (CMC TV), une chaîne privée de télévision proche de l’opposition émettant à Kinshasa.

En conséquence, OLPA exige le rétablissement immédiat et inconditionnel du signal de RLTV Kinshasa, RLTV Mbuji-Mayi et CMC TV. OLPA invite enfin le Gouvernement à favoriser l’exercice de la liberté de presse sur toute l’étendue du pays.

LE PHARE

Kinshsa, 9/11/2011 (Le Phare, via mediacongo.net)