Alger : réunion pour la conférence mondiale des radiocommunications

Publié par & dans la catégorie TIC.

Le secrétaire général de l’Union africaine des télécommunications : «Les pays africains défendront d’une seule voix les intérêts du continent»

Ouverture, aujourd’hui, à Alger de la réunion préparatoire  de la conférence mondiale des radiocommunications prévue à Genève

Le secrétaire général de l’Union africaine des télécommunications, M. Abdelkrim Soumayla, présent à Alger dans le cadre de la 2e  réunion préparatoire du groupe africain de la conférence mondiale des radiocommunications, prévue à Genève du 23 janvier au 17 février prochains,  a déclaré, hier, que les pays africains  défendront d’une une seule voix  les intérêts du continent lors de ce congrès mondial. Lors d’une conférence de presse animée, hier, au niveau du siège du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, M. Soumayla a estimé que la rencontre du groupe Afrique qui débute aujourd’hui et jusqu’à jeudi à Alger est d’une grande importance  pour échanger les idées et se concerter sur les grandes questions relatives à l’utilisation des moyens de  télécommunications notamment dans la gestion des catastrophes naturelle et du réchauffement de la planète. Les 150 participants représentant 34 pays et organisations de télécommunications à la rencontre d’Alger devraient sortir avec des propositions communes au continent noir à même de défendre ses intérêts sur le plan international en matière de répartition des fréquences, soutient-il encore. Autour de l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de communication, la réunion préparatoire du groupe africain débattra, quatre jours durant,  de 25 questions qui s’articulent sur 5 axes principaux liés notamment aux services maritimes et aériens, la géolocalisation, les services des télécommunications fixes et mobiles, les services scientifiques et satellitaires.  L’Afrique, qui s’est engagée dans la bataille de la large bande, aspire notamment à étendre davantage la pénétration des télécommunications.  A ce niveau le SG de l’Union africaine des télécommunications informe que le continent enregistré un développement effréné de l’utilisation de certaines technologies, notamment la téléphonie mobile, mais reste à développer davantage la pénétration des autres services à l’instar de l’internet. Interrogé, par ailleurs, sur l’état d’avancement du projet africain de la fibre optique devant relier l’Algérie, le Niger et le Nigeria, M. Somayla souligne que le projet est toujours en cours. L’étude de faisabilité étant achevée reste à mobiliser les fonds nécessaires, notamment du côté du Niger et du Nigeria, puisque l’Algérie a pour sa part respecté ses engagements. A une autre question relative au brouillage des fréquences, dont souffre l’Algérie, le SG a estimé qu’au niveau de l’Union internationale des télécommunications toutes les fréquences sont bien assignées et si  problème il y a, il est plutôt national et devrait se régler d’une manière bilatérale de pays et à pays. Interpellé plus loin sur le piratage informatique et la cybercriminalité qui prennent de l’ampleur sur le continent noir, tout en reconnaissant la complexité du problème, il notera que certains pays africains se sont déjà dotés de texte de lois, mais l’éradication du phénomène nécessite davantage de coopération entre les pays.
Hamida B.

El MOUDJAHID.COM : Quotidien national d’information